La tradition Bön

La culture Bön remonte à plusieurs milliers d’années. Son origine se perd dans la nuit des temps mais sa présence est attestée sur un vaste territoire. Certains spécialistes pensent qu’elle apparût dans la région de l’actuel Iran et qu’elle aurait par la suite été introduite sur le territoire du Tibet d’aujourd’hui, ainsi que sur les territoires couvrant une partie de la Chine, du Népal et du Ladakh, donc la grande région de l’Himalaya. Ce n’est qu’à partir du huitième siècle que le Bouddhisme s’installa au Tibet et prit sa place comme tradition principale. Du huitième au onzième siècle la culture Bön est devenue minoritaire au Tibet. Plusieurs textes furent cachés ou perdus. La tradition Bön connut une renaissance durant le onzième siècle alors que de nombreux textes ont été retrouvés et les enseignements à nouveau diffusés. Au quatorzième siècle le monastère de Menri est devenu le centre de la tradition Bön au Tibet .

Sa Sainteté le Dalaï-Lama a reconnu la culture Bön comme l’une des cinq traditions religieuses du Tibet, aux côtés des quatre écoles de bouddhisme.

Les Bönpo vivent maintenant dans la grande région de l’Himalaya, au Tibet, en Inde, au Népal et au Bhoutan.

À partir de 1959, suite à l’occupation chinoise, des milliers de Tibétains, dont un grand nombre de Bönpos, ont fui le Tibet. Les Bönpos se sont réfugiés à Dolanji, dans l’Himachal Pradesh, au nord de l’Inde. Un nouveau monastère Menri y a été créé, en 1967. Il est devenu le centre actuel de la tradition Bön.

L’exil

En 1959, le gouvernement Chinois a occupé le Tibet et détruit de nombreux monastères de tradition bouddhiste et Bön. Plus de 100 000 Tibétains, moines et laïcs, ont quitté leur pays pendant les années suivantes, traversant la frontière vers l’Inde, le Népal ou le Bhoutan. Parmi eux se trouvait Sa Sainteté le 14e Dalaï Lama, Tenzin Gyatso, qui s’établit à Dharamsala avec le gouvernement tibétain en exil. Le chef spirituel des Bön de l’époque dut lui aussi quitter Menri, le principal monastère de la tradition Bön au Tibet. Mais il n’a pas survécu à l’exil, il est décédé en 1963. Son successeur, S.S. le 33e abbé de Menri, Lungtok Tenpai Nyima Rinpoche, fut désigné en 1968. Il a vécu à Dolanji, dans l’Himachal Pradesh, au nord de l’Inde jusqu’a son décès le 4 septembre 2017.

Le 1er janvier 2018, Geshe Dawa Dhargye a été choisi comme 34e Menri Trizin, détenteur du trône du monastère de Menri et chef spirituel de la tradition religieuse Bön.

Une communauté à Dolanji

C’est en 1967, dans le but de sauvegarder la culture Bön, que Lopön Tenzin Namdak Rinpoche, avec l’aide des Services de secours catholiques, fit l’acquisition d’une terre à Dolanji et y établit 70 familles Bön ainsi qu’un monastère, un nouveau Menri. Une école primaire (Central School for Tibetans) fut également construite. Elle est règlementée conjointement par le gouvernement tibétain en exil et par le gouvernement indien.